top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurCamille Sogorb

La prise en charge des ruminations en Art-thérapie TCC : la place des expériences absorbantes.

Les ruminations sont des pensées récurrentes et répétitives (Watkins, 2008)  “au sujet de soi-même, d’événements négatifs passés, de problèmes non résolus, et de symptômes dépressifs” (Baeyens, 2023). Elles sont également transdiagnostiques et l’on peut les retrouver dans diverses pathologies, des troubles anxieux au troubles dépressifs ou encore dans les troubles du comportement alimentaire. 


Initialement, la rumination est un processus fonctionnel et qualifié de constructif, permettant de réfléchir et d’envisager des solutions, une compréhensions de ses problématiques et ses expériences personnelles dans une démarche de résolution de problèmes. 

Elles deviennent dysfonctionnelles lorsqu'elles adoptent un style abstrait et qu’elles se centrent sur le “pourquoi ?”. C’est à dire sur la focalisation des raisons, des causes et des conséquences d'événement ou de comportements, exposant les individus associée à une vulnérabilité émotionnelle et à l’humeur dépressive, réduisant les capacités de résolution de problèmes (Watkins, 2008, cité par Douilliez et al.).


Les stratégies thérapeutiques concernant les ruminations concernent l’auto-observation des ruminations, l’analyse fonctionnelle, la modification du style de pensée (passer du pourquoi ? au comment ?), et la mise en place d’activités de maîtrise-plaisir (Baeyens, 2023).


C’est dans cette dernière partie qu’intervient l’art-thérapie dans une TCC dans la prise en charge des ruminations. En effet, l’engagement dans une pratique artistique dans un cadre temporel structuré, permet aux patients de réduire les comportements d’évitement et de se focaliser sur des exercices basés sur des activités positives centrées sur les processus (Csikszentmihalyi, 1993 cité par Baeyens, 2023).


Les expériences absorbantes permettent de recréer un sentiment d'être complètement immergé dans une tâche, où l’implication est profonde et naturelle. Elles permettent de trouver un équilibre entre le niveau de difficulté de la tâche et les compétences, permettant ainsi une attention focalisée et continue, sans effort, sur la tâche actuelle. Dans ces moments, les objectifs sont clairs et le retour immédiat, ce qui me permet de perdre la conscience de soi-même, de vivre une altération de la perception du temps et d'être pleinement connecté à son environnement. Ce type d'activité, intrinsèquement gratifiante pour soi, est axé sur la découverte, l'apprentissage et le développement continu (Baeyens, 2023).


L’objectif étant d’amener le patient à porter son attention sur ses pensées, ses sensations, sa posture, ses expériences sensorielles et corporelles, son attitude, sa motivation, ses sentiments liés à l’action avant, pendant et après la réalisation d’une production artistique (Baeyens, 2023). 


L’art-thérapeute doit donc être disponible pour accompagner la création mais également dans l’observation et l’accompagnement du patient à être dans l’ici et maintenant. La médiation art plastique peut être particulièrement pertinente car elle sollicite des capacités intentionnelles et sensorielles au travers de la spécificité des différents outils et des techniques utilisés (A. Dubois, 2017).





Sources :

Baeyens, C. (s. d.). Interventions centrées sur les ruminations mentales. 51ème congrès de l’AFTCC, France.

Barth, B. (1993). Le savoir en construction. Retz.

Dubois, A. (2013). Art-thérapie,Principes, méthodes et outils pratiques,1 : Art-thérapie. Elsevier Health Sciences.

Les pensées répétitives négatives - Apprendre la psychologie. (s. d.). Apprendre la Psychologie. https://tcc.apprendre-la-psychologie.fr/les-pensees-repetitives-negatives-ruminations-soucis.html

Watkins, E. (2008). Constructive and unconstructive repetitive thought. Psychological Bulletin, 134(2), 163‑206. https://doi.org/10.1037/0033-2909.134.2.163


Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page